Le prélèvement

Le Matériel

  • Glacière portative pour le transport des pots de prélèvement
  • Décamètre; brosse; écope
  • Gants
  • Waders ou cuissardes
  • Appareil photo numérique
  • Gilets de sauvetage
  • Fiches de terrain (caractéristiques générales et tableau d’échantillonnage)
  • Pots en plastique, par lot de 8 avec étiquettes
  • Dispensette contenant de l’éthanol 70%

Pour les prélèvements effectués en faciès lotique:

Surber avec filet à maille de 500 µm et de 1/20 m2 de base

Pour les prélèvements effectués en faciès lentique:

Haveneau de 1/20 m2 avec filet à maille de 500 µm
Tamis de 500 µm et 5 mm

Préparation du prélèvement

Si possible, avant les prélèvements, les débits seront consultés à partir des données des stations hydrométriques télétransmises (cellule hydrologie de la DIREN ou organismes fournissant ces données).

Pour l’intervention sur le terrain, il est nécessaire d’attendre que les perturbations dues aux crues disparaissent. Les prélèvements sont réalisés dès que les conditions requises le permettent (stabilité hydraulique), pour l’investigation des habitats d’une station, en s’éloignant des événements hydrologiques exceptionnels, dommageables pour la faune aquatique. En moyenne, une quinzaine de jours permet le retour à une situation normale.

La station doit être accessible et prélevable sur la majorité de son linéaire Le fond doit être visible.

Elle doit être représentative de la morphologie générale de la rivière.

Elle doit comporter si possible une zone calme et une zone lotique.

Sa longueur représente au plus 10 fois sa largeur. (moins si les 8 habitats sont trouvés sur un linéaire moins important)

La profondeur ne doit pas excéder environ 1 m.

La vitesse du courant doit permettre d’échantillonner la mosaïque d’habitats.

Prospecter globalement les supports de la station en repérant les 8 couples S-V (Substrat-Vitesse) qui seront échantillonnés, en évitant à tout moment de piétiner inutilement le lit mineur.

Cette prospection devra être faite prioritairement sur les supports les plus représentatifs et hospitaliers pour la faune, dans la classe de vitesse où le support est le plus représenté.

Si la station ne présente pas les 8 supports, on complètera les habitats par des prélèvements réalisés sur des supports dominants ou sub-dominants dans des classes de vitesse différentes.

Un minimum de deux périodes par an est nécessaire pour bien juger un milieu.

Une seconde période de prélèvement permet de mesurer l’écart entre la situation la plus défavorable et la situation la moins favorable (généralement au printemps).

Le Prélèvement

On prélèvera en priorité les habitats de l’aval vers l’amont, et si les conditions de prélèvement le permettent, on reprendra l’ordre de l’hospitalité décroissante de la norme de 9 à 0 .des supports les plus biogènes vers les moins biogènes.

Le préleveur estime l’intervalle de viteese
La base du surber est posée sur le fond du lit de façon à encadrer l’habitat à échantillonner sur une surface 1/20 de m2, l’ouverture du filet face au courant, le support est nettoyé à la main, et les substrats meubles sont échantillonnés sur une épaisseur de quelques centimètres. Ne pas oublier de nettoyer le filet entre chaque prélèvement sans influencer les habitats à prospecter ultérieurement.

La prospection au haveneau s’effectue en général par traction sur 50 cm ou bien, par mouvements de va et vient sur une même surface et pour une profondeur d’eau permettant l’utilisation de l’instrument de prélèvement. Verser le prélèvement dans le tamis supérieur. A l’aide de la colonne de tamis, effectuer un premier tri afin de réduire le volume de l’échantillon, verser le contenu des différents tamis dans un pot. Ne pas oublier de nettoyer l’ensemble du matériel après le prélèvement.

Seul le support doit être prospecté sur 1/20 m2 et non pas la partie dans lequel il est implanté.

Se placer à l’aval du bloc et prospecter la surface du support.

Chaque prélèvement effectué sur les 8 supports est transvasé dans le pot correspondant, dans lequel a été ajouté préalablement 280 cm3 d’eau de rivière.

Il complète ensuite l’ensemble des fiches de terrain. Une photographie de la station peut être incluse dans le rapport d’essai , afin d’y localiser les points de prélèvements.

La conservation des invertébrés se fera sur le terrain en ajoutant del’éthanol à 70% .

Bureau d'étude en milieu aquatique eau douce, pêche électrique, diagnostic écologiques, continuité, franchissabilité, inventaire, faune, flore, piscicole