Pêche électrique, pêche à l’électricité

pêche électrique SCORFF EMAED

Échantillonnage pêche électrique bassin versant Scorff 2012

Pêche électrique:

 

EMAED a pour objectif de réaliser des inventaires piscicoles avec un taux de mortalité proche de 0% suite aux pêches électriques. Pour cela seul du matériel de haute qualité est utilisé. De fabrication française le matériel de pêche répond aux normes électriques les plus strictes.

.

Pêche électrique brochet

peche electrique ONEMA brochet biometrie Emaed bureau étude

brochet, mesure après pêche électrique

PRINCIPALES TECHNIQUES D’INVENTAIRES DES PEUPLEMENTS PISCICOLES

La pêche électrique à pied par prospection complète :

Truite inventaire piscicole

Truite fario capturée en Pêche électrique (Iille et Vilaine) EMAED 2012

La pêche électrique est la technique la plus utilisée. La pêche à l’électricité est mise en œuvre pour les cours d’eau de faible profondeur (< 0.80 à 1 m) dans le lit desquels il est possible de progresser à pied (vitesse du courant inférieure à 0.80 m/s).

Précautions : en absence d’obstacle infranchissable à l’amont de la station, il peut s’avérer nécessaire de poser un filet barrage (maille 10 à 15 mm) empêchant la fuite du poisson.

La pose d’un filet barrage aval peut également s’avérer nécessaire lors des pêches électriques dans certaines configurations morphologiques.

La totalité de la surface de la station est alors pêchée, permettant l’estimation du peuplement le plus probable par la méthode de Carle et Strub, un minimum de deux pêches électriques successives sans remise à l’eau des poissons devant alors être réalisé, (ce nombre est porté à 3 en cas de faible efficacité de pêche).

La méthode de Carle et Strube (Gerdeaux, 1987) permet de calculer les intervalles de confiance des effectifs et biomasses estimés par espèce pour la zone de la station prospectée.

Cette technique permet d’estimer les valeurs absolues des effectifs et biomasses des espèces présentes sur la station étudiée.

Pêche électrique

Pêche électrique

La pêche électrique à pied par prospection complète de ces cours d’eau bien que lourde à mettre en œuvre, reste possible pour des largeurs inférieures à 25 m voire 30 m, sous réserve de mettre en œuvre des moyens en personnel et en matériel adaptés.

Ce mode de prospection en pêche électrique est à privilégier pour l’obtention de données absolues dès que leur reproductibilité est élevée (stabilité du lit mineur et des faciès d’écoulement).

Proportion de faciès non prospectables à pied aussi les résultats obtenus ne sont extrapolables qu’à un linéaire limité du cours d’eau.

peche electrique, inventaire piscicole, emaed, bureau, étude

pêche électrique Martin pêcheur

Pêche électrique par ambiance :

Cette pêche électrique est préconisée dès que les caractéristiques du cours d’eau ne permettent pas de conduire une pêche par prospection complète à pied en raison d’une largeur importante du cours d’eau (25 m) ou de la présence de zones difficilement prospectables (mouilles, profonds, vitesses du courant élevées) dans la station. La combinaison des moyens de prospection à pied et en bateau permet d’inventorier les ambiances prospectables par pêche électrique.

Cette technique de pêche à l’électricité permet d’échantillonner des faciès prospectables à pied (radiers, plats) ou en bateau (mouilles) pour chacun desquels sont mesurés la surface prospectée, la hauteur d’eau, la vitesse moyenne, la situation par rapport à la rive, le substrat et le temps de pêche.

Si cette technique d’inventaire ne nécessite qu’un seul passage, une attention particulière doit être portée lors de la réalisation de la pêche des secteurs pour ne pas faire fuir les poissons.

Les pêches par ambiance sont recommandées lorsque les secteurs d’études sont fréquemment déstabilisés par les crues qui remanient fortement le lit et modifient la succession des faciès.

Elles permettent en prospectant un profil d’ambiances. Assez constant d’obtenir un échantillon stable.

Une cartographie de l’ensemble de la station pêchée et de la localisation des ambiances prospectées ainsi que la mesure de leurs paramètres caractéristiques, doit être réalisée au fur et à mesure que les faciès sont pêchés.

Il conviendra d’indiquer les types de faciès qui n’ont pu être prospectés par pêche électrique et leurs surfaces respectives dans la station.

Cette méthode permet d’obtenir des données relatives sur la composition des peuplements : abondance relative et biomasse relative par espèce pour chaque faciès..

 

Échantillonnage par pêche électrique

pêche électrique d'échantillonnage, 1 anode

pêche électrique d’échantillonnage, 1 anode

Trois techniques d’échantillonnage par pêche électrique en bateau sont utilisées pour les grands milieux.

 

  • Soit par prospection en continu sur une longueur de rive qui fera l’objet d’une description précise (hauteur d’eau, classe de vitesse du courant, substrat, végétation, caches…). Cette méthode de pêche électrique présente l’inconvénient de ne pas séparer les captures par type d’habitat et rend donc plus difficile les comparaisons avec d’autres stations.
  • soit par échantillonnage ponctuel d’abondance (E. P. A.)

    Pêche électrique, échantillonage en bateau

    Pêche électrique, échantillonage en bateau

Le principe de cette méthode de pêche à l’électricité, décrite par les chercheurs de l’Université de Lyon, est de privilégier le nombre d’échantillons plutôt que leur taille. L’échantillonnage est réalisé de la façon suivante. Pour chaque point, l’électrode est lancée de façon à surprendre le poisson. Le prélèvement ainsi obtenu apporte une information sur la composition et l’abondance de la faune piscicole dans l’aire d’attraction de l’électrode. L’emplacement des points est déterminé de façon aléatoire afin de restituer la proportion relative des principaux faciès de la station en éloignant suffisamment les points successifs (environ 25 m). Un échantillonnage par E.P.A. est constitué de 20 à 30 échantillons ponctuels par station.

Quand le bateau s’approche de la rive, l’anode est lancée à une distance d’environ 10 m sur le point d’échantillonnage. L’anode n’est déplacée que verticalement pour échantillonner toute la colonne d’eau. Ainsi, la surface prospectée est limitée au champ d’action de l’anode en son point d’impact (cylindre de 1,5 à 2 m de rayon, NELVA et al, 1979)…

L’échantillon est donc constitué par l’ensemble des captures réalisées avec une anode en position stationnaire sur le plan horizontal.

Il est fréquent que l’effectif capturé soit nul pour certains points.

Ce type d’échantillonnage présente plusieurs avantages :

– la simplicité d’exécution, car les prélèvements sont rapides et la biométrie effectuée sur le bateau,

– l’efficacité statistique, car la multiplication des points de mesure permet de réduire les erreurs d’échantillonnage. De plus, lorsque la distribution spatiale du peuplement est hétérogène (regroupements passagers ou permanents de poissons) il est préférable, pour une même surface prospectée, de maximaliser le nombre de prélèvements plutôt que d’augmenter la surface d’un nombre réduit de sites,

– la possibilité de procéder à une analyse plus poussée des résultats (répartition des espèces dans l’espace…) en associant une description des caractéristiques du milieu à chaque point.

 

  • Soit par prospection des berges en Échantillonnage Continu par Distance (ECD)

Le principe est de prospecter de la façon la plus exhaustive possible des zones d’habitat homogène.

L’échelle de prospection est l’ambiance. Elle correspond aux différents types d’habitats (herbiers, embâcles, enrochements…) qu’une espèce fréquente pour réaliser une activité. La prospection se fait le long des rives, pour des longueurs variant de 10 à 80 m, conditionnée par l’homogénéité des habitats prospectés et l’abondance de l’ichtyo faune. Les captures sont pondérées par la surface prospectée. Afin d’accroître la stabilité des échantillonnages, deux à trois répliquas sont réalisés par type d’habitat.

Il est recommandé pour la méthode ECD, une prospection complète de tous les habitats pendant un temps proportionnel à leur représentation sur la station.

 

Échantillonnage par pêche au filet :

Complémentaire aux méthodes précédentes, cette technique d’inventaire nécessite d’installer en fin de journée des batteries de filets maillant verticaux qui seront relevés le lendemain matin.

Mailles recommandées : 10, 15, 20, 30, 40, 50, et 60 mm.

Les filets utilisés peuvent être soit à maille unique, soit à mailles multiples.

Selon la configuration de la station, ils pourront être positionnés à des profondeurs différentes. Chaque type d’habitat doit être prospecté deux fois. Une cartographie du positionnement des différents filets sera effectuée.

Les données obtenues sont des données relatives rapportées à une unité d’effort de pêche.

 

Combinaison de plusieurs méthodes

Afin d’accroître l’efficacité de l’échantillonnage, il est recommandé de combiner deux techniques de pêche, pêche électrique de bordure et pêche au filet ce qui permet d’augmenter la probabilité de capture de certaines espèces.

La pêche au filet plus sélective ne peut à elle seule donner un échantillon représentatif, mais elle complète utilement un échantillonnage réalisé par pêche à l’électricité.

A titre d’exemple, les filets ne permettent pas de capturer les anguilles mais sont assez efficaces pour le sandre contrairement à la pêche électrique.

Une cartographie précise de la zone d’étude sera systématiquement réalisée; les secteurs inventoriés et les méthodes de pêche y seront indiqués.

 

Autres méthodes d’échantillonnage

– Chalut électrique pour les cours d’eau profonds.

– Méthodes acoustiques pour l’estimation des biomasses de poissons dans les plans d’eau. Les résultats obtenus sur des transects sont extrapolés au volume total de la retenue. Compte tenu des artéfacts propres à cette technique, son utilisation est réservée à des spécialistes.

Il est nécessaire pour réaliser une opération de pêche électrique de posséder un permis de pêche scientifique. Le responsable de l’opération doit obtenir préalablement l’autorisation spécifique délivrée par le service chargé de la police de la pêche et informer le Délégué Régional de l’ONEMA des dates d’intervention. Il appartient au responsable de l’opération de recueillir l’autorisation du détenteur du droit de pêche.

Ces méthodes permettent d’obtenir des données semi quantitatives: données d’abondance et de biomasse relatives par unité d’effort de pêche.

 

 

CONDITIONS DE MISES EN ŒUVRE DU PROTOCOLE DE

PÊCHE ÉLECTRIQUE PAR PROSPECTION COMPLÈTE À PIED

L’objectif de ce protocole d’échantillonnage est de capturer les poissons des différentes espèces présentes avec une efficacité suffisante pour estimer les biomasses et les effectifs présents sur la station.

Deux passages au minimum sont effectués lors de chaque inventaire afin d’estimer

Pêche électrique

Pêche électrique

l’efficacité de la pêche au moyen de la méthode de Carle et Strub. Il est important de rappeler que cette méthode donne une estimation des poissons captables, d’où l’importance du choix (fosse) ou de vitesses de courant trop élevées.

Une prospection est dite complète lorsque la totalité de la surface de la station a pu être prospectée dans des conditions correctes d’efficacité de pêche électrique.

Les conditions de mise en œuvre du protocole de pêche électrique seront donc précisément mentionnées. Elles doivent permettre au service instructeur de juger de l’efficacité, de la représentativité et de la reproductibilité des échantillonnages.

L’efficacité de la pêche électrique est alors fonction :

  • des moyens mis en œuvre,
  • type de matériel utilisé,
  • nombre d’électrodes (une électrode couvre 3 à 4 m de largeur de rivière),
  • nombre d’épuisettes par électrode.
  • des conditions hydrauliques au moment de la pêche. Un débit trop important se traduit par des vitesses de courant élevées qui peuvent gêner la progression des porteurs d’électrodes et qui ne permettent pas au champ électrique de maintenir le poisson à proximité de l’électrode, le poisson étant alors emporté à l’aval par le courant sans avoir pu être capturé à l’épuisette. A l’opposé lorsque le débit est trop bas, les petites espèces peuvent être confinées dans des zones de blocs ou d’herbiers, où elles sont difficilement captables à l’épuisette.
  • de la turbidité. Des conditions minimales de turbidité sont à respecter; une turbidité élevée est un facteur d’annulation et de report d’une pêche d’inventaire.
  • du cloisonnement de la station. Lorsque la limite amont de la station n’est pas matérialisée par un obstacle ou une difficulté de franchissement pour les poissons, le recours à un filet barrage placé en travers de la rivière à la limite amont de la station peut s’avérer nécessaire pour éviter la fuite des poissons vers l’amont  lors de la progression.
Pêche électrique, inventaire piscicole, bureau étude, bretagne, emaed

pêche électrique début de progression

pêche électrique, inventaire piscicole, bureau étude, bretagne, emaed

pêche électrique, prospection Aigrette, dream électronique

biométrie, pêche électrique, inventaire piscicole, bureaau étude, bretagne emaed

biométrie, inventaire piscicole après pêche électrique

 

Bureau d'étude en milieu aquatique eau douce, pêche électrique, diagnostic écologiques, continuité, franchissabilité, inventaire, faune, flore, piscicole